© 2018 Dominique Clerc

Hotspots

 

 

Il y a cinquante ans naissait le tourisme industriel. Avec lui disparaissait un peu l’idée de voyage au profit d’une consommation plus festive et immédiate. Disparaissait un peu aussi l’individu, le temps long et certains diront l’aventure, les rencontres et l’inattendu. Aujourd’hui tel un produit qu’on achète, le voyage est normé et répond aux exigences sans cesse renouvelées d’opérateurs soucieux d’enrichir l’expérience client.

 

A Paris, culture, shopping et gastronomie sont les incontournables mais certains se lassent un peu de ces passages obligés. On les appelle les touristes individuels. Ceux là, soient qu’ils connaissent déjà ou qu’ils fassent preuve de témérité, se risquent à fréquenter d’autres quartiers. Dans cette série d’images, nous les voyons dans des banlieues qu’on leur décrit parfois comme des « no go zones ». Sur la foi d’un guide confidentiel ou d’un simple conseil d’amis, les voici à la découverte de paysages urbains non balisés, d’architectures non officielles. A la recherche d’un frisson peut être ou d’un trophée qu’ils montreront fièrement à leur retour.

 

Ils n’auront donc pas pris les chemins conçus pour eux et ne s’en plaignent pas. Tout juste seront ils surpris de se retrouver quand même si nombreux et de croiser d’autres touristes avec le même air un peu perdu qu’au Louvre ou à Versailles.